CARTE. La dégringolade impressionnante des ventes de maisons neuves, région par région

Les constructeurs de maisons individuelles ne sont plus en fête. Sur les quatre premiers mois de l’année 2022, leurs ventes ont en effet dégringolé en moyenne de plus de 25% par rapport au même quadrimestre de 2021, selon la Fédération française du Bâtiment (FFB). Les raisons de ces mauvais chiffres sont multiples. Les cmistes (le nom simplifié des constructeurs de maisons individuelles) accumulent en effet diverses difficultés qui plombent leur activité.

Tout d’abord, rapporte la FFB, les chutes de vente de ce début d’année s’expliquent “probablement” [sic] par la mise en place d’une nouvelle norme environnementale de construction, appelée RE2020, depuis le 1er janvier 2022. Or, ces exigences accrues pour les constructeurs pourraient renchérir le prix des logements d’au moins 5%, estime la fédération. Un surcoût qui aurait été anticipé par les acheteurs pressés d’acheter en fin d’année dernière, asséchant par ricochet les ventes en ce début d’année. “Lorsque l’on met en place une réforme qui engendre des surcoûts, il se produit logiquement un surplus de ventes juste avant sa mise en place”, avance ainsi Olivier Salleron, le président de la fédération. Cette thèse se vérifie par ailleurs par une hausse des autorisations de construire pour de nouvelles maisons (+21,2% entre les premiers quadrimestres 2021 et 2022), “sous l’effet du traitement des dépôts massifs de permis en décembre 2021”, note la FFB.

>> Notre service – Faites des économies en testant notre comparateur de crédit immobilier

Ensuite, les constructeurs de maisons neuves ne peuvent que constater une hausse des taux qui complique l’obtention de crédit immobilier depuis le début d’année. Ce qui a malheureusement pour effet de désolvabiliser une partie de leur clientèle. “Les taux de crédit remontent, et les prix des logements aussi. Forcément, cela freine une partie des acheteurs de pavillons”, commente Olivier Salleron. Une hausse de prix alimentée, donc, par la mise en place de la RE2020… mais aussi par l’incroyable envolée des prix des matériaux qui s’est accélérée depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine.

Dernier problème relevé par sa fédération : celui de la politique de zéro artificialisation nette (ZAN), dont la loi votée en 2018 vise à diviser par deux la surface au sol consommée par de l’urbanisation par rapport à la décennie précédente. “Parfois, je trouve que la ZAN est appliquée de façon extrême dans certains territoires”, se plaint Olivier Salleron. Une contrainte qui, localement, compliquerait l’accès à du terrain constructible pour y ériger de nouvelles maisons.

Des chutes spectaculaires en Normandie, en Bretagne et dans les Hauts-de-France

Si l’on rentre maintenant dans le détail région par région, on remarque évidemment que les chutes de ventes ne sont pas homogènes partout. Les comparaisons des ventes, pour rappel, ont été réalisées par la FFB entre le premier quadrimestre 2022 (début janvier – fin avril) au premier quadrimestre 2021. C’est ainsi qu’en région PACA et en Corse, les ventes ont diminué de “seulement” 10,8% entre les deux périodes… alors que le recul atteint 38,5% en Normandie. Les régions voisines du Nord-Ouest, par ailleurs, connaissent elles aussi de forts reculs des ventes : -31,4% dans les Hauts-de-France, et -31% en Normandie. Découvrez ainsi toutes les tendances des ventes sur notre carte ci-dessous.

Pole Eco

Leave a Comment