Le classement des villes les plus attractives pour acheter en Ile-de-France

Milly-la-Forêt, une charmante petite commune située au cœur du parc naturel régional du Gâtinais (sud-est de l’Essonne), serait la ville francilienne la plus attractive actuellement pour devenir propriétaire. C’est en tout cas ce que révèle un classement inédit publié par la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim) Grand Paris. Préparé dans les coulisses du réseau depuis plusieurs mois, ce classement compare ainsi près de 300 communes situées dans tous les départements d’Île-de-France, à l’exception de la Seine-et-Marne. Petite précision : afin d’en affiner l’analyse, la ville de Paris a été étudiée arrondissement par arrondissement.

Ce classement des villes (et des arrondissements de Paris) a été réalisé selon douze critères d’attractivité différents : la qualité des logements sur place, leurs prix moyens, la facilité d’accès aux transports, aux établissements scolaires, aux établissements de santé, la vie commerçante, la sécurité dans la commune, le taux d’emploi dans la ville, la vie culturelle, la qualité de l’environnement, les revenus moyens des habitants de la ville ou encore la fiscalité locale. Pour chaque critère, une note de 1 à 10 a été attribuée par la Fnaim Grand Paris, avant d’être pondérée par un coefficient multiplicateur compris entre 1 et 3. Les notes totales obtenues pour chaque ville ont ensuite été compilées afin de construire une carte des communes les plus attractives d’Île-de-France, disponible sur le site de la Fnaim du Grand Paris. Cette compilation de note a par ailleurs permis de créer deux classements d’attractivité des villes : le premier tenant compte des prix de l’immobilier local dans l’attractivité, le second non.

Pole Eco

>> Notre service – Trouvez votre nouveau logement, ancien ou neuf, à acheter ou à louer, beaucoup plus facilement grâce à nos annonces géolocalisées !

Une méthodologie en évolution

Il s’agit de la première fois que la Fnaim Grand Paris publie une carte de l’attractivité des villes à destination du grand public. “Les prémices de ce projet ont été posées en 2017, mais les critères ont été revus entre-temps afin de rendre la carte plus pertinente”, rapporte Olivier Princivalle, le président adjoint de la Fnaim Grand Paris. Chaque critère, détaille le réseau, a été construit en synthétisant des données publiées par l’Insee, le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, le ministère des Sports, le ministère des Solidarités et de la Santé, le ministère de la Transition écologique, le ministère de l’Intérieur, les Chambres de commerces et d’industrie franciliennes, et bien sûr des mairies des communes étudiées.

“Nous n’avons pas vocation à produire ce genre de statistique par nous-même. Nous avons simplement utilisé les données existantes pour construire notre système de note”, explique la Fnaim Grand Paris. Ainsi, des données telles que le taux de chômage dans les communes, les résultats du baccalauréat, les recensements du nombre de médecins généralistes, de lits d’hôpitaux, des espaces culturels et sportifs ou encore des taxes foncières et d’habitation ont par exemple été utilisées pour bâtir leur méthodologie.

>> Notre service – Faites des économies en testant notre comparateur de crédit immobilier

Qui dit première publication de carte suggère aussi… mise à jour dans le futur. Le réseau promet ainsi, au cours de l’année 2023, d’ajouter un nouveau critère qui sera basé sur l’évolution des prix de l’immobilier entre l’année 1 de la publication et les années suivantes. La Fnaim Grand Paris prévoit également d’introduire un focus sur l’évolution de l’attractivité des communes qui seront concernées par l’ouverture des futures lignes 15, 16, 17 et 18 du Grand Paris Express.

Leave a Comment