Le DPE, un outil à maîtriser avant d’acheter un bien immobilier

Alors que le marché immobilier ralentit en Ile-de-France, les mauvais diagnostics de performance énergétique (DPE), dont la mention est désormais obligatoire dans toutes les annonces, sont un frein supplémentaire à l’achat, comme le souligne Gilles Parent, fondateur des agences Parent dans les Hauts-de-Seine :

« En dessous de la note E, les acquéreurs ne viennent pas visiter le bien. »

Et cela est vrai aussi bien pour les investisseurs, qui seront bientôt empêchés de mettre en location les biens les plus mal notés, que les acquéreurs qui souhaitent se loger, inquiets pour leur porte-monnaie, déjà mis à mal par la hausse des taux de crédit et des coûts de l’énergie.

Car plus le DPE est mauvais, plus la consommation et les factures d’énergie seront élevées. Or, la majorité du parc est mal notée, « qu’il s’agisse de bâtiments haussmanniens, des années 1930 ou d’après guerre », avertit Stanko Trifunovic, directeur technique de l’Association des Responsables de Copropriété. « On s’attend à une explosion des charges l’hiver prochain », ajoute Roselyne Conan, directrice de l’Agence nationale pour l’Info

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite, profitez de nos offres dès 1€

En choisissant ce parcours d’abonnement promotionnel, vous acceptez le dépôt d’un cookie d’analyse par Google.

  • Paiement sécurisé
  • Sans engagement
  • Accès au service client

Leave a Comment