Meroux-Moval. Un projet immobilier inquiète les riverains de la rue du 15-Juillet-1972

15 juillet 1972. La rue porte la date de la fusion des communes de Meroux et Moval. Justement parce qu’elle fait le trait d’union entre les deux. C’est ici, à l’arrière du fort de Meroux-Moval que les riverains se mobilisent. Ils s’inquiètent de la vente d’un terrain de 28 ares, au milieu de la rue, face au numéro 23.

Mis en vente par les héritiers

« La propriétaire est décédée et ses petits-neveux, héritiers, l’ont mis en vente dans une agence immobilière », détaille Claude Parisot, l’un des voisins. Le terrain, constructible, intéresse un chef d’entreprise du Territoire, qui souhaiterait, à titre privé, y faire des constructions.

« Il s’agirait de huit maisons de deux appartements chacune, soit seize logements », estiment les riverains. « Ils pourraient être loués 850 €», pensent-ils savoir.

« Rien n’est figé »

Bien sûr, pour l’instant, rien n’est fait. Le terrain n’est pas vendu, comme le souligne Emmanuel Cabete, en pourparlers avec l’agence immobilière. « Le terrain n’est pas borné et il n’y a pas encore d’accord sur le prix de vente. Le projet n’en est qu’au stade des prémices », ajoute-t-il. « Il peut évoluer, rien n’est figé. Je peux entendre que les riverains s’inquiètent, mais je suis également en discussion sur d’autres terrains et peut-être que rien ne se fera jamais à Meroux. »

Si le projet passe, c’est la porte ouverte à d’autres constructions du même type dans le village

Marie-Rose Malouvet

« En début d’année, il a livré un projet à Châlonvillars, du même style. Mais chez nous, il serait plus important », craint Matthieu Gigant. « Si l’on prend une moyenne de deux voitures par foyer, ça en fait 32 de plus, ce qui va accentuer le trafic sur cette rue déjà passante, où l’on recense 2 000 véhicules par jour. »

Densité

La densité d’habitat inquiète également le voisinage. « Nous voulons conserver le caractère rural du village », ajoute Marie-Rose Malouvet. « Si le projet passe, c’est la porte ouverte à d’autres constructions du même style sur la commune. »

« Agir avant le dépôt du permis de construire »

Les riverains sont conscients que, pour l’instant, rien n’a été acté et que la mairie, sensibilisée au problème, ne peut pas intervenir. « Nous voulons agir avant. Lorsque le permis de construire sera déposé, il sera trop tard », estiment les Mervalois. « Si le projet respecte le PLU, il n’y a pas de raison qu’il ne soit pas validé. »

 Bientôt une pétition

Pour alerter, plusieurs d’entre eux ont placé une pancarte « à vendre » devant leur maison. Et une banderole « non au collectif » a été implantée devant le champ concerné. Une pétition va prochainement circuler dans le village.

Leave a Comment