Pourquoi investir dans l’immobilier en Auvergne est une bonne idée

Les chiffres dévoilés par la Chambre interdépartementale des notaires d’Auvergne le confirment : l’ex-région Auvergne conserve d’indéniables atouts en matière d’immobilier. « Après une année 2021 soutenue, 2022 démarre sur les chapeaux de roues, avec des prix médians en augmentation et un volume des ventes lui aussi en augmentation en ce premier trimestre », salue le président de la Chambre, Me Jacques Turquet.

Comment les quatre départements auvergnats ont-ils atteint leurs volumes de transactions les plus importants de la décennie écoulée ?

Au premier trimestre 2022, tous types de biens confondus, les volumes de ventes ont augmenté de +11 % dans l’Allier, +6 % dans le Cantal, +14 % en Haute-Loire et +11 % dans le Puy-de-Dôme comparés à 2021. Dans ces quatre départements, les volumes de transactions enregistrés cette année sont tout simplement les plus importants de la décennie écoulée.

Côté prix au mètre carré médian, l’Auvergne-Rhône-Alpes a vu celui des appartements anciens progresser de +5,7 % sur un an, celui des maisons anciennes croître de +1 %. Cette tendance haussière des prix du bâti ancien est observée dans les départements auvergnats, à l’exception du Cantal, en légère baisse (-1 %).

Recevez par mail notre newsletter éco et retrouvez l’actualité des acteurs économiques de votre région.

NL {“path”:”mini-inscription/MT_Decideur”,”accessCode”:”14148400″,”allowGCS”:”true”,”bodyClass”:”ripo_generic”,”contextLevel”:”KEEP_ALL”,”filterMotsCles”:”1|10|13|1903|2593|6420|6973″,”gabarit”:”generic”,”hasEssentiel”:”true”,”idArticle”:”4148400″,”idArticlesList”:”4148400″,”idDepartement”:”282″,”idZone”:”30603″,”motsCles”:”1|10|13|1903|2593|6420|6973″,”premium”:”true”,”pubs”:”banniere_haute|article”,”site”:”MT”,”sousDomaine”:”www”,”urlTitle”:”pourquoi-investir-dans-l-immobilier-en-auvergne-est-une-bonne-idee”}

Comment se comporte le marché des maisons anciennes ?

À fin mars 2022, le marché des maisons anciennes est en nette progression dans l’Allier (+7,5 % sur un an) et en Haute-Loire (+6,5 %). Dans ce dernier département, les prix progressent pour la quatrième année consécutive.

Le Puy-de-Dôme enregistre une hausse de +2,5 %, qui ne compense qu’en partie le recul de l’année précédente (-6,3 %). Le seul département auvergnat à connaître une légère baisse est le Cantal (-1 %).

Observés au niveau des secteurs géographiques, les prix médians et leurs évolutions se révèlent fortement contrastés, aussi bien à l’intérieur d’un même département qu’à l’extérieur. Trois secteurs connaissent de fortes hausses (environ +18 %) : la Combraille bourbonnaise, l’arrondissement d’Yssingeaux et la Limagne sud.

premium Les premiers logements des Fabriks de Mai attendus pour fin 2023 à Clermont-Ferrand

Dans ces trois secteurs, la répartition du marché entre les biens de plus ou moins grande superficie n’a que peu évolué et ne peut expliquer à elle seule la hausse enregistrée cette année.

A l’inverse, les diminutions les plus importantes concernent l’arrondissement de Saint-Flour (-6,9 %) et le Livradois-Forez (-8,3 %). Ici, la surface habitable des biens acquis a légèrement diminué d’une année sur l’autre, ce qui explique pour partie la baisse enregistrée.

Enfin, il existe une différence pratiquement du simple au triple entre les prix médians mesurés dans l’arrondissement de Mauriac (72.500 €) et ceux de la périphérie clermontoise (213.500 €). Ce dernier secteur est aussi le plus dynamique en volumes de transactions : il représente près du tiers (31 %) des ventes de maisons anciennes dans le Puy-de-Dôme.

Comment se comporte le marché des appartements anciens ?

À fin mars 2022, le prix au mètre carré médian des appartements anciens est en nette progression annuelle dans l’Allier (+14 %), en Haute-Loire (+9,7 %) et dans le Puy-de-Dôme (+6,2 %). Comme pour les maisons anciennes, le Cantal est le seul à connaître une légère baisse (-1 %).

À fin mars 2022 dans l’Allier, le secteur Val d’Allier connaît la plus forte progression annuelle (+13,9 % à 1.370 €/m²). C’est également le secteur le plus dynamique, qui regroupe 60 % de transactions départementales d’appartements anciens. Vichy présente le niveau de prix et le taux d’évolution les plus élevés du département (+17,9 % à 1.460 €/m²).

premium Passoires énergétiques : les propriétaires vont devoir rénover pour pouvoir louer (Puy-de-Dôme)

Dans le Cantal, la baisse des prix dans l’arrondissement d’Aurillac (78 % des ventes) entraîne celle du département, malgré la forte hausse intervenue dans l’arrondissement de Saint-Flour (+15,6 %).

En Haute-Loire, les prix et les taux d’évolutions demeurent relativement homogènes : les prix s’échelonnent de 860 €/m² dans l’arrondissement de Brioude à 1.290 €/m² dans l’arrondissement du Puy-en-Velay.

Dans le Puy-de-Dôme, tous les secteurs mesurés sont orientés à la hausse, depuis la périphérie clermontoise (+2,6 %) jusqu’à la Limagne sud (+10,3 %).Les terrains à bâtir sont-ils prisés ?

À fin mars 2022, le prix de vente médian du marché du foncier s’établissait à 25.600 € dans l’Allier, 25.400 € dans le Cantal, 39.300 € en Haute-Loire et 56.000 € dans le Puy-de-Dôme.

Les superficies les plus vendues correspondent aux terrains de 900 à 1.500 m² dans l’Allier (32 %), le Cantal (43 %) et la Haute-Loire (33 %).

Dans le Puy-de-Dôme, ce sont au contraire les terrains de moins de 600 m² qui sont les plus représentés (35 %).

Quels prix dans les quartiers clermontois ?

À Clermont, c’est sans surprise dans le centre ancien que le prix au mètre carré médian des appartements anciens est le plus élevé, avec 2.450 € (+13,8 %) ; Blatin, 2.410 € (+18,7 %) ; Les Salins 2.200 € (+14,1 %) ; ilôt 1er-Mai, 2.180 € ; La Fontaine-du-Bac, 2.170 € ; Saint-Jacques ouest, 2.130 € ; Sablon-Trudaine, 2.040 € (+11,5 %) ; La Glacière, 2.030 € (8,3 %) ; Montjuzet, 2.020 € (+16,5 %) ; Saint-Alyre, 2.020 € (+8,6 %) ; Vallière 1.970 € (+10,2 %) ; Sud-Saint-Jacques, 1.920 € ; la Gare, 1.850 € (+6,2 %) ; l’Oradou, 1.850 € (+6,6 %) ; Léon-Blum-la Raye Dieu, 1.840 € (-11 %) ; le Brézet, 1.810 € ; la Pradelle, 1.710 € (+4,4 %) ; Chanteranne, 1.610 € (+9,6 %) ; République, 1.580 € ; Montferrand, 1.530 € (-17,4 %) ; Croix-de-Neyrat, 1.180 € (+17,6 %).

Gaëlle Chazal

gaelle.chazal@centrefrance.com

Leave a Comment