Le projet de la Thaïlande d’autoriser les étrangers à posséder des terres menace le secteur immobilier à Bangkok

Le projet de la Thaïlande d’autoriser les étrangers fortunés à posséder des terres risque d’aggraver la surabondance d’appartements invendus dans la capitale Bangkok.

Une fois que le projet sera mis en place (en septembre), les investisseurs seront susceptibles de trouver les propriétés foncières plus attrayantes que les unités dans les immeubles de grande hauteur.

Selon la mesure proposée, les ressortissants étrangers seront autorisés à posséder jusqu’à 1 rai (1 600 m2 de terrain) à partir de septembre, s’ils investissent 40 millions de bahts pendant trois ans.

Voir : Les étrangers en Thaïlande pourraient posséder 1 600 m2 de Terre à condition de réaliser un gros investissement

Le gouvernement a envisagé cette option pour soutenir l’économie du pays qui ralentissait avant même la pandémie de Covid-19.

L’économie s’est contractée de 6,2 % en 2020 et n’a connu qu’une croissance de 1,6 % l’année dernière, l’une des plus lentes d’Asie du Sud-est, selon les données de la Banque mondiale.

“Le marché (des appartements) a été tiré vers le bas par certaines des anciennes offres qui restaient encore”, a déclaré Phattarachai Taweewong, directeur de la recherche et de la communication chez Colliers Thaïlande, une société de services immobiliers.

Phattarachai a noté que les ventes avaient également ralenti parce qu’il n’y avait pratiquement pas d’acheteurs étrangers en raison des restrictions de voyage liées à la pandémie.

Ces dernières années, le marché immobilier thaïlandais a été confronté à une offre excédentaire d’appartements.

Rien qu’au cours du premier semestre de cette année, plus de 24 500 nouvelles unités ont été lancées à Bangkok, portant le nombre d’unités invendues à 47 000, a indiqué Colliers, ajoutant que l’offre devrait augmenter dans les mois à venir.

Les promoteurs thaïlandais proposent fréquemment diverses promotions et remises pour écouler leur stock.

Des cadeaux tels que des voitures de luxe, des bons d’hôtel et de restaurant, et même des frais de transfert gratuits, sont devenus courants pour stimuler les ventes.

Les acheteurs de Chine continentale et de Hong Kong constituaient le plus grand groupe d’investisseurs étrangers dans les appartements en Thaïlande au premier trimestre, représentant 45 % du total des ventes, selon Colliers.

“Au cours des quatre à cinq dernières années, ce groupe d’acheteurs s’est davantage intéressé aux propriétés foncières en Thaïlande qu’aux condominiums, notamment dans les principales destinations touristiques telles que Chiang Mai, Phuket, Chonburi (Pattaya) ainsi que dans le quartier Bang Na de Bangkok“, a déclaré Phattarachai.

Si les acheteurs étrangers ne sont actuellement pas autorisés à posséder des propriétés foncières en Thaïlande, ils peuvent contourner cette règle en faisant appel à un partenaire local ou en créant une société.

Lorsque le gouvernement thaïlandais autorisera officiellement la propriété foncière en septembre, le nombre d’acheteurs d’appartements à Bangkok devrait diminuer, car les étrangers fortunés auront une autre possibilité d’investissement.

Voir aussi : 4 groupes d’étrangers seront autorisés à posséder des terrains en Thaïlande

Les investisseurs étrangers peuvent également être influencés par les perspectives de croissance du capital des propriétés foncières, en particulier dans les quartiers de premier ordre de Bangkok, qui ont connu une croissance constante d’environ 10 % par an, contre 2,8 % à 3,5 % par an pour les appartements, a-t-il déclaré.

Avec la préférence des acheteurs étrangers pour les propriétés foncières, les prix des terrains et des bâtiments sont susceptibles d’augmenter en Thaïlande, a-t-il ajouté.

Cependant, Ivan Yim, directeur et associé de Golden Emperor à Hong Kong, qui commercialise des biens immobiliers thaïlandais auprès des Hongkongais, a déclaré que leur groupe d’acheteurs était plus susceptible de préférer les appartements aux propriétés foncières en raison de la grande différence de prix entre les deux.

“Le marché de Hong Kong est toujours à la recherche de produits moins chers, entre 3 et 8 millions de bahts”, a-t-il déclaré.

“Les 40 millions de bahts requis pour cet investissement (propriété foncière) seront hors de portée pour beaucoup.”


Source : South China Morning post

Leave a Comment